Les nouvelles technologies de l'information et de la communication : un instrument potentiel au service de l'économie sociale ?

Par Sandoss Benabid, Gilles Grolleau

Français

Après avoir identifié quelques mutations systémiques liées au développement des NTIC, nous analysons les potentialités qu'elles offrent aux acteurs de l'économie sociale. Ces mutations sont difficiles à circonscrire du fait d'une évolution constante et particulièrement rapide des NTIC. Nous montrons comment les NTIC et Internet en particulier remettent en question le modèle du marché, d'une part et contribuent, d'autre part, à transformer l'information en un bien surabondant, disponible quasi-instan-tanément, à un coût relativement faible provoquant ainsi une déterritorialisation et une dépersonnalisation des échanges. Certains auteurs arguent que cette surabondance génère le passage d'une économie de l'information à une économie de l'attention, où la capacité à "capter" et à retenir l'attention devient le bien rare, objet de l'échange. Les acteurs de l'économie sociale sont confrontés, comme les autres agents, à la nécessité de capter ces capacités d'attention des individus, afin de promouvoir leurs propres valeurs. Nous explorons de manière critique ce nouveau paradigme en soulignant les avantages potentiels de certains acteurs de l'économie sociale par rapport à d'autres agents quant au captage de leurs capacités attentionnelles. Malgré l'opposition apparente entre nouvelle économie et économie sociale, les NTIC constituent à la fois un vecteur et un espace d'expression exploitable et adaptable par les acteurs de l'économie sociale. Nous soulignons également que les NTIC offrent des potentialités, mais que leur traduction en bénéfices réels suppose la réalisation de certaines conditions, notamment relatives à la disponibilité et à l'assimilation de certains équipements et au management organisationnel

Français

We first identify some systemic transformations linked to the development of IT and then we analyse the opportunities opened to the actors of social economy. The constant and particularly rapid evolution of IT prevent from defining clearly those transformations. We show in one hand how IT and Internet are questioning the model of market and in the other hand how they transform information in an over-abundant good, quasi instantaneously available, at a rather low cost, in that way provoking an extraterritorialisation and a depersonalization of exchanges. Some authors argue that this overabundance generate the way from an information economy to an economy of attention, where the capacity to "attract" and to retain the attention become the scarce good, object of the exchange. The actors, as the others agents, of social economy are confronted to the necessity to attract those attention capacities of individuals, in order to promote their own values. We explore this new paradigm, using a critical method, and underline the potential advantages of some of the actors of social economy (compared to others agents) in the way of attracting those attention capacities. Even if social economy and information economy are apparently opposed, IT constitute a vector and a space of expression which can be used and adapted by the actors of social economy. We also underline that even if IT offer potentialities, the realisation of real benefits suppose the achievement of certain conditions, notably relative to the
Voir l'article sur Cairn.info