Entre formation intellectuelle et pratique professionnelle ou la formation des ingénieurs civils selon Henri Fayol

Par Luc Rojas
L’institutionnalisation de la formation des ingénieurs est un processus accompagnant l’industrialisation au 19e siècle. Traditionnellement, deux conceptions s’opposent au sein de cet univers : celle favorisant la formation intellectuelle et celle préférant la pratique professionnelle. Au regard de cette dualité, les ingénieurs sont contraints de prendre position. Parallèlement à sa réflexion sur l’administration des entreprises, Henri Fayol initie une pensée sur la formation des ingénieurs. Celle-ci est à l’image du reste de son raisonnement, basée sur son expérience personnelle et sa carrière industrielle. Ainsi il propose un modèle de formation liant atelier et École dans lequel il redéfinit implicitement le rôle de l’ingénieur en prônant l’intégration de savoirs généralistes dans les cursus de formation. Si cette position n’est pas une nouveauté dans le monde des ingénieurs – la tradition leplaysienne s’étant, dès le 19e siècle, emparée de cette thématique – Fayol propose ici une formation devant être plus proche du monde industriel et de ses besoins.
Voir l'article sur Cairn.info