Jean-Baptiste Say et les compétences entrepreneuriales pour l'industrialisation

Par José Manuel Menudo
Dans l’analyse de Jean-Baptiste Say, l’existence d’un fonds productif, composé de facultés industrielles, génère l’émergence d’entrepreneurs, d’ouvriers et de savants. Mais le succès passe uniquement par l’exercice de compétences entrepreneuriales. Cet article étudie les différentes listes des capacités publiées par Say. Notre premier résultat souligne que ces capacités dépassent le cadre de l’entreprise et concernent le développement des nations. Dans l’entreprise, il y a une distinction claire entre la direction, liée aux capacités de raisonnement, et les qualités de contrôle et de supervision. Par conséquent, les fonctions entrepreneuriales relatives à l’incertitude, à l’innovation ou à l’efficacité sont liées au succès mais ne sont pas une condition pour l’activité productive. Nous arrivons à la conclusion selon laquelle J.-B. Say ne partage pas l’idée d’une convergence économique entre nations de façon spontanée. Une politique de développement économique basée sur l’éducation industrielle et le renforcement des capacités entrepreneuriale est nécessaire.
Codes JEL : A11, B12, L126, O1, I125.
Voir l'article sur Cairn.info