Évolution économique et innovations financières : d'un processus créatif à une création destructrice

Par Faruk Ülgen
Dans la littérature économique, il est souvent supposé que les marchés financiers ouverts et libéralisés permettent une meilleure allocation des ressources financières au financement efficace des activités productives. D’une façon triviale, nombreux travaux assimilent les innovations financières aux innovations entrepreneuriales schumpétériennes et en concluent que les changements observés sur les marchés financiers depuis les années 1980 contribuent à la promotion de la croissance économique. Toutefois, bien que l’on puisse trouver chez Schumpeter de nombreux éléments mettant en avant le rôle du système bancaire et financier dans le développement économique, une analyse précise et spécifique des innovations financières, distinctes de celle des innovations entrepreneuriales, n’est pas disponible. Cet article propose une étude en vue de combler ce vide analytique. Il montre toutefois que la nature des innovations financières se différencie radicalement de l’orientation des innovations entrepreneuriales schumpétériennes. Les déséquilibres récurrents depuis plusieurs décennies semblent appuyer la thèse selon laquelle les innovations financières transforment le processus d’évolution créatrice du capitalisme, étudié par Schumpeter, en un phénomène de création destructrice. Les instabilités financières requièrent alors une remise en question des schémas de réglementation dans l’objectif d’orienter les innovations financières vers une trajectoire d’évolution qui ne provoque pas de crise économique, destructrice de croissance et d’activités entrepreneuriales productives.
Codes JEL : B25, E44, G28, O16, O31
Voir l'article sur Cairn.info