La technologie au cœur du développement durable : mythe ou réalité ?

Par Arnaud Diemer
À la fin des années 1980, l’écologie industrielle a répondu à la problématique du développement durable par une solution technique et organisationnelle. D’une part, l’écotechnologie recommande aux industriels de procéder à un ensemble d’opérations de rationalisation de la production (minimisation des déchets, transformation des déchets en biens marchands). D’autre part, la symbiose industrielle, notamment celle de Kalundborg, constitue l’organisation la plus efficace lorsqu’il s’agit d’établir des relations durables entre agents économiques. Pour que l’innovation soit une solution viable pour les générations présentes et futures, il convient cependant de dissocier le mythe de la véritable révolution environnementale. En effet, la dématérialisation, suggérée par l’essor des services et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, peut générer des effets rebonds. En d’autres termes, la consommation d’énergie peut augmenter (et non diminuer) à la suite d’une amélioration des techniques. La clé du développement durable résiderait ainsi dans le triptyque suivant : technologie, innovation organisationnelle, changements dans les modes de vie. Les industriels et les consommateurs devront changer leurs habitudes s’ils veulent améliorer leur bien-être, sans souffrir de la dégradation de l’environnement.
Codes JEL : B20, D22, L86, O33, O44
Voir l'article sur Cairn.info