Grappes d'innovations sur les réseaux électriques et les concessions des collectivités locales (eau, déchets). Une lecture scumpeterienne du smart grid

Par Valérie Lesgards
La révolution industrielle des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), qui démarre dans les années 1970 se propage actuellement aux domaines de l’énergie (électricité, gaz), de l’eau (distribution d’eau potable et gestion de la ressource dans son milieu naturel), ou des déchets (gestion à la source). Cette propagation s’effectue par la diffusion des applications numériques qui regroupent des équipements de communication, du « hardware » informatique, des périphériques, des capteurs et des compteurs numériques, ainsi que le « software » qui les fait tourner, qui récupère les données, les stocke, les analyse, les protège et permet leur visualisation. Cette propagation des innovations renvoie au processus de « grappe d’innovations » de l’économiste austro-hongrois Joseph A. Schumpeter. Il conduit à une intégration à la fois verticale (sur les différents segments de la chaîne de valeur de l’électricité) et horizontale (sur les marchés adjacents de l’eau et des déchets) des entreprises. Il se concentre actuellement sur les villes, au travers des démonstrateurs et des fonds publics dédiés. Mais la propagation des TIC aux réseaux s’effectue aussi au travers du modèle de l’entrepreneur porté par des consortiums réunissant des géants industriels et de toutes petites entreprises créées ex-nihilo. Ce sont ces consortiums qui permettent de passer de l’invention à la réalisation et qui assurent ainsi le rôle de l’entrepreneur schumpétérien. Enfin, le financement spécifique de l’innovation, par des aides publiques et le recours aux marchés financiers (via les fonds de capital-risque et les indices boursiers), porte le risque de bulle spéculative. La sphère financière se trouve alors découplée de celle de l’économie réelle, dès lors que l’intérêt, comme le capital sont des phénomènes purement monétaires, ne trouvant pas leur origine dans les biens ou les transactions réels.
Codes JEL : O31, O32, M13
Voir l'article sur Cairn.info