L'entrée des firmes contribue-t-elle à la croissance de l'efficience agrégée ?

Par Asma Raies
Les effets de l’entrée sur la croissance de l’efficience agrégée des secteurs et pays font encore l’objet de controverses. En effet, en intensifiant les pressions de la concurrence, l’entrée des firmes peut stimuler comme décourager l’activité de recherche et développement des firmes pérennes. Le taux de croissance de l’efficience agrégée peut alors augmenter ou baisser en conséquence. En supposant que les entrants sont toujours plus efficients que les firmes pérennes, Aghion et al. (2006) montrent que l’effet d’encouragement domine l’effet de découragement et que l’entrée favorise la croissance de l’efficience agrégée. Dans cet article, nous développons un modèle théorique dans lequel les entrants peuvent être plus ou moins efficients que les firmes pérennes. Nous montrons, à l’encontre de Aghion et al. (2006), que l’effet de découragement de la recherche et développement est dominant et que l’entrée des firmes diminue le taux de croissance de l’efficience agrégée.
Codes JEL : L11, L12, L22, L25, O41
Voir l'article sur Cairn.info