L'hypofirme, vivier et creuset de l'innovation hypermoderne

Par Michel Marchesnay
L’innovation est au cœur de la modernité. Dans la première (proto) modernité, elle est le fait d’ingénieux, dans la seconde (post), d’ingénieurs. Les hyperfirmes gèrent et planifient l’innovation, dissuadant le développement d’innovations radicales. La troisième modernité constitue une rupture dans la vision de l’innovation. Elle est désormais le fait de toutes petites entreprises, les hypo firmes, qui souhaitent rester petites, en adoptant une stratégie singulière, fondée sur une approche ressources-compétences idiosyncrasique, sur un marché étroitement délimité et sur un réseau relationnel fort.
Classification JEL : M130, L200
Voir l'article sur Cairn.info