Le profit sans l'accumulation : la recette du capitalisme gouverné par la finance

Par Laurent Cordonnier
La loi de Kalecki établit que dans une économie capitaliste où les profits seraient entièrement épargnés et où les salaires seraient intégralement consommés, la rentabilité du capital serait égale au rythme de l’accumulation du capital. Le divorce entre l’une et l’autre, tel qu’on a pu l’observer aux Etats-Unis et en France ces vingt dernières années, pose dans ce cadre une question intrigante. Nous montrons que l’augmentation spectaculaire des dividendes versés permet en théorie (et pour partie) de rendre compte de ce divorce. Nous indiquons comment ce phénomène s’est articulé avec l’institutionalisation du pouvoir des actionnaires à travers la « nouvelle » gouvernance d’entreprise.
Voir l'article sur Cairn.info