L'industriel et le militaire, éléments de réflexion à partir du capital social.

Le cas des Schneider
Par Sophie Boutillier
La société Schneider, fondée en 1836, par Eugène et Alphonse Schneider est présentée dans le cadre de cet article pour répondre à une double préoccupation scientifique. D’une part les liens étroits entre le développement industriel et le militaire, d’autre part les fondements de la décision individuelle à partir du concept du capital social. Dès sa création, Schneider se développe grâce au chemin de fer, puis après la défaite de 1870, invente et fabrique le « canon de la victoire », le 75, qui fera sa renommée nationale et internationale. Si les Schneider sont issus de la bourgeoisie, ils doivent leur réussite professionnelle en grande partie aux riches réseaux de relations tissés avec le pouvoir. Le concept du capital social, qui se décompose en un capital-connaissance, un capitalfinancier et un capital-relations, tend à montrer l’importance du capital-relations comme facteur de mobilisation du capitalfinancier. La famille participe largement à ce processus, en tant que matrice de la socialisation des individus, en apportant connaissances et capitaux
Voir l'article sur Cairn.info