Les critères marchands d'évaluation du travail scientifique dans la nouvelle économie La science comme “force productive” et “outil marketing“

Par Blandine Laperche
Dans le contexte actuel de généralisation des rapports marchands dans tous les domaines de la vie sociale, le travail scientifique (public ou privé), source d'innovations, subit une forte influence du marché : les brevets, les contrats, les créations d'entreprises sont, en plus des publications, des critères d'évaluation de sa pertinence, définie par sa rentabilité. Adoptés par les pouvoirs publics, ces critères facilitent le contrôle du travail scientifique et l'appropriation de ses résultats par les entreprises. La contradiction entre le contrôle du travail scientifique et l'appropriation de ses résultats d'une part et la grande diffusion des informations scientifiques et techniques (grâce aux médias, à la publicité, aux technologies) d'autre part est manifeste. Elle s'explique, par la double fonction de l'information scientifique et technique, dans la création de la valeur (force productive) et dans sa réalisation (outil marketing)
Voir l'article sur Cairn.info