Contre le chômage et l'exclusion, le dynamisme de la petite économie

Par David Vallat
Le phénomène persistant de l'exclusion sociale qui résiste à la reprise économique tend à questionner la capacité de notre société à intégrer les individus par le travail. Si la pauvreté signale un manque, l'exclusion témoigne d'une inaptitude. Quel lien peut-on faire entre pauvreté et exclusion et quelle place le chômage tient-il dans l'apparition de ces phénomènes ? Le phénomène exclusion renvoie de manière quasi-exclusive à une conception de l'intégration sociale basée sur la solidarité (le lien social), propre au système socio-politique français. Cet héritage durkheimien conduit à penser l'intégration comme relevant de l'action étatique. Une connaissance fine des processus d'exclusion devrait permettre de relayer l'action publique au niveau micro-local en s'appuyant sur l'initiative individuelle. Pour ce faire il convient d'adopter une petite échelle d'analyse consistant à tenir compte des spécificités des populations étudiées et notamment de leur capacité à s'organiser pour devenir acteur de leur propre intégration. Dans cette optique le secteur informel peut être perçu comme un marche-pieds vers l'échange marchand standard et donc vers le travail
Voir l'article sur Cairn.info