Le nouveau mercantilisme à l'heure de la mondialisation

Par Dimitri Uzunidis

Français

La remarque de Joan Robinson sur la politique délibérément protectionniste des grandes puissances économiques et militaires, est d'une étonnante actualité. Au moment où les économistes s'accordent sur la question de la "mondialisation", le "nouveau mercantilisme" se définit par les mesures réglementaires de protection, moins par le jeu des moyens tarifaires. Le résultat vérifie la tendance historique du capitalisme : le sous-développement est le produit du développement et de l'expansion des marchés orchestrés, pour l'intérêt des grandes firmes, par l'intervention des États. Leurs actions sont motivées par un triple objectif : ouvrir des marchés, éliminer les obstacles à la libre circulation et valorisation des capitaux provenant de leurs économies, réduire le risque de l'écoulement des surplus

Français

The remark of Joan Robinson concerning the deliberately protectionist policy of great economic and military powers is dramatically actual. When economists agree on the question of the "globalisation", the "new mercantilism" finds expression in statutory measures of protection, and less by the game of tariff means. The result verifies the historical tendency of capitalism: underdevelopment is the product of development and of markets expansion organised, in the interest of big firms, by states' intervention. Their action is justified by a threefold objective: markets opening, elimination of the obstacles to free circulation and valorisation of capital coming from their economies, reducing of the risk of surplus turnover.
Voir l'article sur Cairn.info