Pourquoi la théorie internationale du commerce n'est pas une théorie du commerce international.

Une confirmation du scepticisme robinsonien
Par Peter Dorman
Les travaux critiques de Joan Robinson sur la théorie néoclassique du commerce international sont constitués de deux périodes. La première entre 1946 et 1950 est axée sur l'application de la théorie keynésienne au commerce international. La seconde – les années 1970 – nourrie par ses travaux pionniers sur la déconstruction de la théorie du capital, est plus ancrée à gauche. Influencée par la critique de la "nouvelle gauche" contre la théorie orthodoxe, elle prend fait et cause pour le Tiers monde et l'écologie
Voir l'article sur Cairn.info