Discrimination par les prix et concurrence imparfaite, les apports de Joan Robinson

Par Arnaud Diemer

Français

La théorie moderne de la discrimination par les prix a largement hérité des travaux d'Arthur Cecil Pigou (1920) et de Joan Robinson (1933). En consacrant deux chapitres de son ouvrage The Economics of Imperfect Competition au problème de la discrimination du troisième degré, Robinson a examiné les conditions nécessaires à la discrimination (pouvoir de marché, homogénéité des produits, élasticités différentes de la demande des consommateurs aux prix, absence de transferts de la demande et des biens) et présenté une analyse graphique des décisions du monopole discriminant, lesquelles ont été retranscrites dans les manuels de microéconomie (Varian, 1996). La discrimination par les prix est définie comme l'acte de vendre le même article, produit sous un même contrôle, à différents prix à différents consommateurs. Discriminer revient alors à pratiquer des prix élevés pour certains consommateurs mais également à fixer des prix faibles pour d'autres

Français

The modern theory of price discrimination has widely inherited from the work of Arthur Cecil Pigou (1920) and of Joan Robinson (1933). Devoting two chapters of her book The Economics of Imperfect competition to the issue of third degree of discrimination, Robinson examined the necessary conditions to discrimination (market power, products homogeneity, different elasticity of consumers demand to prices, absence of demand and goods transfers) and presented a graphic analysis of discriminate monopoly decisions, which have been included in microeconomics manuals. Price discrimination is defined as the action of selling a same article, with a same control, at different prices to different consumers. Then, to discriminate means to apply high prices to some consumers but also to fix lower prices to others
Voir l'article sur Cairn.info