Les “lois Aubry” relatives aux 35 heures, ou l'irrésistible ascension de la flexibilité

Par Marc Richevaux
Les lois sur les 35 heures de travail en France favorisent l'utilisation flexible de la main-d'œuvre. Elles ont perdu leur esprit originel qui était l'augmentation du volume de l'emploi combinée avec l'accroissement du pouvoir d'achat des salariés et le développement de nouvelles activités liées au temps libre. La politique qui s'inspirait de Keynes donne aujourd'hui une plus grande place au marché au profit du patronat qui peut gérer le travail sur une base annuelle et faire appel à des employés précaires pour contenir les coûts de production et augmenter les profits
Voir l'article sur Cairn.info