L'utilité marginale de l'entrepreneur

Par Sophie Boutillier
Les économistes louent souvent les mérites de l'entrepreneur qui remet en cause les routines des marchés et qui donne vie au capitalisme. Mais, paradoxalement (?), l'entrepreneur tient une place marginale dans les approches historiques du progrès économique. S'agit-il d'un deus ex machina qui intervient lorsque les économistes ne savent (ou ne veulent) pas révéler les origines de la dynamique du changement social ? Le fait est que le créateur d'entreprise tire profit des opportunités que lui offrent les imperfections de la circulation des marchandises et il s'enrichit en se faufilant dans les activités laissées en friche par l'immense mécanisme de la socialisation marchande de l'économie. La marge à partir de laquelle émerge aujourd'hui cet agent social est constituée par l'action de déconcentration des grandes entreprises et les politiques étatiques d'emploi flexible et de privatisation des services publics
Voir l'article sur Cairn.info